Comment modifier un titre ?




Pour commencer, il faut un logiciel de retouche d'images. Oubliez Paint tout de suite. Les deux logiciels les plus efficace sont Photoshop et Paint Shop Pro. Photoshop est le plus connu et le plus élaboré (mais les fonction supplémentaires ne sont jamais utilisées et il prends trois heures à charger). On trouve des versions demo de Paint Shop sur le site de Jasc Software.
Commencez par télécharger Paint Shop Pro (les exemples sont faits avec la version 7) puis l'installer.

Maintenant, on attaque le travail
SOMMAIRE :



Première étape : l'inspiration....

Il faut commencer par savoir quelle image on va créer. puis trouver les images qui vont la composer. Voici deux liens classiques

On attaque avec un exemple :
 
Une jolie affiche piquée sur cinéfil. Le but est de changer le titre "le placard" pour qu'il devienne "la revue", puis changer les noms en haut et en bas et enfin les têtes des personnages. On leur mettra les visages des trois acteurs clés de la revue des 3A. la technique utilisée est expliquée . Je ne re détaillerai pas.

Changer les noms des acteurs en haut et en bas, c'est facile (sauf pour ceux qui n'ont jamais utilisé PSP). Le truc chaud, c'est de mettre le titre. On ne peut pas rajouter bêtement par dessus mais on ne peut pas l'enlever facilement.



Deuxième étape : nettoyage

Partie 1 : les bords
 
Là, c'est facile.
On prend le Dropper (la pipette) et on clique sur la couleur du fond pour la sélectionner (non, ce n'est pas exactement du blanc.).
On prend le Paint Brush (le pinceau) et on peint sur les grosses lettres rouges.

Il est possible qu'on ait besoin de régler les paramètres du pinceau. Pour cela, on ouvre la fenêtre de l'outil est appuyant le bouton.

Shape : La forme (rond, c'est bien) 
Size : La taille (trop, ca en fout partout, pas assez, ca fait des contours trop durs) 
Hardness : C'est une atténuation de la puissance sur les bords du pinceau (si c'est maximum alors il n'y a pas d'atténuation) 
Opacity : puissance au centre 
Step : Temps à attendre entre les calcul (si le temps est trop long, en bougeant trop vite, ca n'agit qu'en pointillés) 
Density : Le pinceau n'agit que sur certains points (pas beau !) 
Use precise cursors : le curseur a maintenant une forme ergonomique (y'en a qui aiment) 
Show Brush Outlines : ca permet de voir le champ d'action du pinceau.

Partie 2 : la limite
 
 
 
Pas grand chose à savoir de plus dans cette partie, par contre, il va falloir faire preuve d'un peu d'adresse à la souris.
Tout, d'abord, remarquez qu'il y a toujours deux couleurs actives. Pour sélectionner la première (foreground), on peut cliquer gauche avec le Dropper (la pipette), et pour sélectionner la deuxième, on clique droit avec le Dropper.
Dans cet exemple, on clique gauche sur le fond blanc et droit sur le pantalon noir de Thierry Lhermitte. Ensuite, on sélectionne le pinceau. Sauf erreur, en maintenant le bouton gauche appuyé, on peint en blanc, et avec le bouton droit, on peint en noir. Maintenant, on doit imaginer où tombe la pantalon, on et il ne reste plus qu'à peindre un coup à droite, un coup à gauche jusqu'à ce que ca tombe bien. 
C'est pas facile mais après, on est content.

 

Partie 3 : le centre
 
Au centre, il n'y a pas une couleur uniforme, il y a des ombres sur les pantalons. La technique est d'utiliser le Clone Brush. Cet outil peint à un endroit de l'image, ce qui se trouve à un autre endroit.
Pour sélectionner la source, on clique droit dessus. Pour la destination, on clique gauche, comme pour peindre.
Sur l'agrandissement ci-contre, la source est représentée par la croix et la destination est le carré. On recopie la limite de la manche un peu plus bas pour la prolonger.

Bien sûr, on peut être ramenés à re-dimentionner l'outil. Cela fonctionne comme le pinceau (voir plus haut)
on en chie un peu mais on arrive au résultat ci-dessous.

J'avoue avoir utilisé un peu le lasso (pour faire des petits copier collé) et la main (pour rajouter du flou ou rajouter des ombres). en plus, le sac n'est pas tip top, et il n'est même pas fini. Je compte sur le texte pour le cacher.



Troisième étape : les rajouts

Déjà, il faut choisir une police qui ressemble à ce qu'il y avait avant. On trouve plein de polices de caractères sur le oueb. Lancer n'importe quel moteur de recherche sur "font" et amusez vous. Pour installer une police, il faut copier son fichier (pas de zip) dans le répertoire c:\Windows\fonts.
Quand on a beaucoup de polices installées, c'est difficile d'en choisir. Il existe des softs qui permettent de visualiser un texte dans toutes les polices existante (on les appelle des font browser).

Bon passons à Paint Shop. Pour écrire un texte, on sélectionne l'outil text (le gros A). et on clique quelque part sur l'image. Une fenêtre s'ouvre.
 
Dans la zone de texte, on tape le texte.

En haut à gauche, il y a les paramètre de la police (ici, Arial black). On peut choisir des polices différentes selon les parties du texte, des tailles différentes ( ici 72 et 200)...

A gauche, on a la couleur et la texture (Ici, c'est rouge)

En haut à gauche, il y a deux paramètres : kerning (intercaractères) et leading (interligne). En, gros, ca fait la différence entre "abc" et "a     b    c". Dans l'exemple, ils sont à -40 et -120

Au dessus du texte, il y a des modes classique. Ici, on a sélectionné le gras et l'alignement à gauche (des espaces font un retrait du LE)

Les bouton radio proposent plusieurs possibilités pour le texte.
Vector : le texte est un vecteur, avec des "poignées" qui permettent de le déformer facilement.
Floating : le texte est sélectionné. On peut le déplacer mais pas le déformer.
Selection : une zone ayant la forme du texte est sélectionnée mais il n'y a aucun texte visible.

Antialias, signifie "anti-crénelage". Au lieu de dire qu'un pixel est rouge parce qu'il est sur le texte ou transparent parcequ'il est à côté, ce la calcule des pixels légèrement transparents sur les bords. Il n'y a plus d'effet d'escalier.

Les boutons en bas à droite permette d'avoir un aperçu de ce que cela va donner sur l'image.

Dans notre exemple, on va sélectionner Vector, puis on va déplacer le texte et le redimensionner pour qu'il aie la même taille que le titre d'origine.



Enfin : Le résultat
Voilà, c'est fini (Enfin, presque, il reste les visages à refaire. Pour un tutorial sur le sujet, cliquez ici.). Il ne reste plus qu'à l'envoyer en attachement à journal@messel.emse.fr.

Quelque chose n'est pas assez bien expliqué ?
demandez en plus à achwetzo@messel.emse.fr ou ICQ 22802650